Isabelle Fournier lira « Eupalinos, ou l’architecte » de Paul Valéry dimanche 26 février à 18h00

eupalinos
Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd
cvt_paul-valery-eupalinos-ou-larchitecte-precede-de-_7704Viendront se donner à entendre ce dernier Dimanche de Février, ce que nous pourrions appeler, imitant René Char, les Feuillets d’Eupalinos, une lecture de pages choisies d’Eupalinos de Paul Valéry, essai-poème renouvelé des dialogues platoniciens, explorant le bonheur et l’essence de l’architecture comme point de rencontre et de réalisation périlleux et magnifique entre la pensée et le concret.
Ce texte sublime paru pour la première fois en 1921 en préface d’un recueil intitulé « Architectures« , prend le modèle et la forme du dialogue platonicien jusqu’à faire parler Socrate, emprunter sa maïeutique, progresser par accouchement de la pensée. Il trouve situation dans cet imaginaire antique splendide à la sensibilité de chaque siècle depuis la Renaissance au point de leur devenir référence commune, aire de rêverie les ralliant, et s’appréciera comme une traversée du temps, un faisceau de lumière manifestant cette quête intacte du Sens et du Beau de cette Antiquité imaginée à cette fin de journée qui nous réunit en appétit d’apprendre et d’échanger, mais se vivra aussi comme un point d’aplomb et de surplomb au divers qui a été exploré de Dimanche en Dimanche
et qui va être approché au fil des prochains rendez-vous. Eupalinos ou l’Architecte dit dès son titre la jubilation du nouveau, de l’invention, le bonheur de construire, et cet art est approché et révélé dans ses arcanes. Fascinant lieu de passage du possible au réel, tracassant lieu d’exercice de la matière et de l’esprit, cette architecture qui doit conduire non seulement à l’existence mais à la présence, devient le phare depuis lequel se détaillent par rapprochements les conquêtes et les enchantements de l’esprit et des sens, une vaste métaphore qui célèbre l’âme et la main mêlées au monde, en aventure et en étreinte de pensée, de création, de science.
Isabelle Fournier
Publié dans architecture, Beaux-arts, Du pain et du sel, Esthétique, Evénement, Poésie, Rencontres | Laisser un commentaire

Nouveautés du 10 février 2017

Remarquable clientèle, chers amis,

47401Voici quelques-unes de nos acquisitions récentes,  tout particulièrement nos ouvrages de photographie et de beaux-arts. Nous vous signalons également le premier numéro de la revue surréaliste La Brèche; Poèmes, Tome 1 (1918-1929) de Bertolt Brecht; Paris retraversé, de Marc Augé et Jean Mounicq; Histoire des fortifications de Paris et leur extension en Ile-de-France, de Guy Le Halle; Le grand arc: Histoire militaire et sociale des archers, de Robert Hardy; Mystérium magnum, de Jacob Boehme; La Langue Hébraique Restituée, d’Antoine Fabre-d’Olivet; Études et recherches sur la vie intellectuelle juive au Maroc Tome 3 : Littératures dialectales et populaires juives en Occident musulman: l’écrit et l’oral, de Haïm Zafrani.

Pour avoir un aperçu de nos nouveautés, faites défiler le diaporama ci-dessous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Le loup » de Marcel Ayme, conté et mis en musique, le 12 février à 16h à l’Odeur du Book

loup-recto

A l’Odeur du Book, dimanche 12 février à 16h

Venez nombreux, grands et petits. Un petit goûter suivra

Le loup se donne dans des lieux aussi charmants que petits, mieux vaut réserver avant de venir. Inscription au 01 42 23 30 39

 

Nos évènements sont généreusement soutenus par

logo-hd

Publié dans Contes et légendes, Enfants, Evénement, Musique | Laisser un commentaire

Isabelle Fournier lira « Noces » de Camus, dimanche 15 janvier 18h, à l’Odeur du Book

noces-de-camus

Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd

« Je comprends ici ce qu’on appelle gloire: le droit d’aimer sans mesure. » Noces à Tipasa

camus-noces« Au printemps, Tipasa est habitées par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l’odeur des absinthes, la mer cuirassée d’argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes e fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. A certaines heures, la campagne est noire de soleil. Les yeux tentent vainement d saisir autre chose que des gouttes de lumière, et de couleurs qui tremblent au bord des cils. L’odeur volumineuse des plantes aromatiques racle la gorge et suffoque dans la chaleur énorme. A peine, au fond du paysage, puis-je voir la masse noire du Chenoua qui prend racine dans les collines autour du village, et s’ébranle d’un rythme sûr et pesant pour aller s’accroupir dans la mer.» Lire la suite

Publié dans Du pain et du sel, Evénement, Rencontres | Laisser un commentaire

Nos vitrines de Noël

Aimable clientèle, chers amis, nous avons le plaisir de partager avec vous cette période de préparatifs en vous montrant quelques images de nos vitrines de Noël, ainsi que le diaporama de nos nouvelles acquisitions. Bien entendu, vous aurez un meilleur aperçu en venant directement à la librairie!

Nouveautés du 15 décembre 2016

Lire la suite

Publié dans Nouveautés, Vitrines | Laisser un commentaire

Promenade contemplative dans les « Vergers » de Rilke

verger-de-rilke

Dimanche 11 décembre à 18h

la comédienne Isabelle Fournier lira

Vergers

de Rainer Maria Rilke

Ce quatrième rendez-vous du cycle Le pain et le sel se terminera par un verre
……
Cette soirée est généreusement soutenue parlogo-hd

vergers-de-rilke

« Peut-être que si j’ai osé t’écrire,
langue prêtée, c’était pour employer
ce nom rustique dont l’unique empire
me tourmentait depuis toujours: Verger. »

Ainsi s’élance le premier poème en quatre strophes de « Verger », constellation en sept parties qui rayonne au cœur du recueil « Vergers« , les six autres pièces, de mètres variés, se composant chacune de trois quatrains. Dans ce ciel étoilé des poèmes français de Rilke, plusieurs astres nommés, plusieurs ensembles en mouvement « Eros » premier venu, puis après « Verger », « Printemps » et « La fenêtre » n’en finissent pas de verser leur influence sur ce qui les entoure et de faire tressaillir les poèmes qui les suivent, mais de reprendre en abyme au singulier le titre pluriel du recueil, ce long chant central se désigne…

Et cette affirmation centrale se redouble d’explications données par l’auteur de ces « Elégies de Duino » et des « Sonnets à Orphée » assez dernièrement achevés quand ce travail « marginal » a commencé à s’élaborer à Muzot dans les premiers mois de 1924. Après la parution du recueil, en devoir de s’expliquer, il écrit au critique zurichois  Edouard Korrodi: « S’il en résulte aujourd’hui la parution imminente d’un choix (dû  mes amis) de mes vers français, c’est qu’une série de circonstances m’ont converti à cet accord et à ce risque. Le désir avant tout, d’offrir au canton de Valais le témoignage d’une reconnaissance plus que privée pour tout ce que j’ai reçu (du pays et des gens). Ensuite, celui d’être plus visiblement lié, à titre de modeste écolier et d’immodeste obligé, à la France et à l’incomparable Paris, qui représentent tout un monde dans mon évolution et mes souvenirs. et, à l’arrière-plan, la pensée que ne pourrait guère réussir jamais pour ma poésie ce qui vient d’être atteint pour la prose des Cahiers de M.L. Brigge: une transposition vraiment fidèle et légitime. Par Maurice Betz: en préparation chez Emile-Paul frères, Paris, rue de l’Abbaye 14. La connaissance que l’on prend de mon travail par cette traduction risque finalement d’être mieux complétée par mes vers français (même si l’on ne voit en eux qu’une « curiosité ») que par tout effort pour donner de la structure allemande de mes poèmes adultes une imprécise approximation française »

Nos désirs se conjuguent, il y a longtemps que j’avais goût de faire entendre dans sa première expression, sans le détour de traduction, la voix de  cet auteur, poète, à ce qu’il fut dit, jusque dans sa façon de se laver les mains. Je vous invite à déguster ce recueil où se fait délice son pouvoir nouveau « à dire le simple » sans solennité ni extase, où s’explorent ou s’implorent dans une attente infinie en forme d’offrande le mystère du familier et la résonance métaphysique de ce qui nous entoure.

Isabelle Fournier
Publié dans Du pain et du sel, Evénement, Poésie, Rencontres | Laisser un commentaire

Nouveautés du 24 novembre 2016

47174Aimable clientèle, chers amis,

nous avons le plaisir de vous présenter nos nouvelles acquisitions. Parmi les livres rares et/ou épuisés, voici nos suggestions: la catalogue de l’exposition Futurismo: Futurisme & Futurismes (Palazzo Grassi, Venise, 1986); Richard Avedon : Photographies 1946-2004 (Louisiana Museum of Modern art, Jeu de Paume, 2008); 391 : Revue publiée de 1917 à 1924, dirigée par Francis Picabia; le catalogue de la rétrospective Yayoi Kusama (Centre Pompidou, 2011; Dada et la Typographie (Cahiers Dada Surréalisme n° 3, 1969).

Pour découvrir toutes nos nouveautés, faites défiler le diaporama ci-dessous et surtout n’oubliez pas notre rendez-vous de dimanche prochain à 17h avec Sheila Concari qui présentera son dernier livre, La fée de l’air. L’histoire du roi au coeur de pierre, un conte qui ravira aussi bien les petits que les  grands. Venez nombreux et avec vos enfants! Lire la suite

Publié dans Beaux-arts, Evénement, Nouveautés, Rencontres | Laisser un commentaire