Soirée de présentation de « Phosphènes » d’Andrea ZANZOTTO

Les poèmes ont été lus par Valeria Dafarra (comédienne) et Jean-Charles Pierrisnard (acteur).

La lecture a été suivie d’une présentation de l’auteur par le traducteur Philippe Di Meo.

Amours impossibles comme

sont effectivement impossibles les collines

Il n’est pas possible que tant d’amour

soit en elles ouvertement

donné

et dans le même temps dissimulé, et d’ailleurs

rendu inaccessible

Incessante série d’inaccessibilité

qui joue cependant comme tapis

captivant, évoluant sur la

plus grande brèche démence désuétude

 

.Collines riches de mille dangers de mort

pour                       en toute quiétude

pour                      hasardeux secourir

parmi des ciélitudes

pour                      insuffisance d’attention à soi –

de fortune en fortune

« il entravera »                           » il se défilera »*

(extrait de « Comme dernières cènes », poème du recueil « Phosphènes », Andrea Zanzotto, traduit par Philippe Di Meo  José Corti, 2010).

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s