Margaret Atwood, La servante écarlate

Nous avons rajouté une photo à notre album de famille.

« A une certaine époque, Defred fut une femme. Aujourd’hui, suite à la Révolution qui a fait chanceler le pouvoir politique de Gilead dans les mains d’une idéologie liberticide, le terme de « femme » n’a plus guère de sens et l’on pourrait tout aussi bien parler d’objet à son propos. Autrefois, Defred était mariée, avait une petite fille, travaillait, bref, menait la vie insouciante et classique d’une femme moderne. Et puis un jour sa carte de crédit se bloque, premier dérèglement minuscule d’une situation qui va s’emballer : son compte bancaire, comme celui de toutes les autres femmes, est bloqué au profit de son mari ; elle perd ensuite son emploi, en même temps que toutes ses congénères, encore une fois ; et rapidement, la seule solution viable est de tenter de quitter le pays. La fuite échoue et elle se retrouve enrôlée de force dans une nouvelle catégorie sociale, celle des servantes, des femmes éduquées dans le but d’être placées chez des hauts gradés du pouvoir afin d’être fécondées par eux et de porter leur progéniture. » Lire l’article

ISBN : 2-221-10376-9, 510 pages, format : 12,4 x 18,2 cm, réédition janvier 2005.

Cet article a été publié dans Conseils de lecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s