Pierre Lafargue aux éditions Vagabonde

Couv Lafargue Jeu de la bagueLe jeu de la bague

Vagabonde, 978-2-919067-10-7, 104 p., 12,5 × 19 cm, 9 €.

Le héros de ce livre? Un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous (mais que pas un ne vaut). Ce qu’il fait est littéralement extraordinaire, ce qu’il dit est inouï. Il va vite; il était ici; il n’est déjà plus là. Sa bague le tire en avant : avec elle à son doigt, il n’épouse rien ni personne. Voici un chat et un crapaud rouges, voici Sarah Palin amoureuse, voici un pape beau garçon et quelques fruits, un cycliste ayant une conception exigeante de l’équilibre et la nuit sans fin, menaçante – sans compter les menées du diable. Plongez dans ce feu! N’en privez pas votre famille! Jetez-y vos amis!

Logo VagabondeCouv Lafargue La FureurLa fureur

Vagabonde, 978-2-919067-11-4, 256 p., 14 × 21,5 cm, 18 €.

Qui est S.? Une sensation aussi démesurée que l’univers en expansion? Les atomes d’une joie retrouvée? « Une Apocalypse heureuse qui vient sourire à ceux dont la bouche attend d’être fendue », comme le dit l’auteur? Tout cela, mais aussi : la perception de la grâce.

Car dans ces pages aux climats troubles et vivifiants, le narrateur donne à voir un Éden halluciné et traduit avec un humour pétulant la démence de lieux hantés par l’effondrement, l’oubli et la fuite hors du temps.

Du sein du magma qu’agitent anges et diables, un verbe souverain fait surgir des archipels inattendus. On y joue la Messe en si. On y voit apparaître des grands hommes (Nestôr, Étienne Jodelle et Alexander von Humboldt, le Baron perché et le Chevalier inexistant de Calvino), des villes géantes coiffées d’un bol, des animaux fabuleux à côté de petits campagnols, l’Autorité des Marchés Financiers au bras de la Faillite. Ce n’est qu’en quittant des ports devenus trop étroits qu’il est permis d’aborder de nouveaux rivages. Alors, embarquez!

Pierre Lafargue poursuit avec ces fictions l’exploration de mondes imaginaires commencée avec Mélancolique hommage à Monsieur de Saint-Simon et marquée notamment par le Sermon sur les imbéciles. Sa prose est comme une montagne solitaire entourée de vents violents. Elle déploie des armes subtiles pour faire entendre les spirales de voix qui s’entrecroisent (personnages, récits et légendes prolifèrent), provoquant une contagion physique au-delà de tout simulacre.

La fureur et Le jeu de la bague nous rappellent que le geste littéraire n’a rien d’inoffensif : celui qui le reçoit, s’y blesse.

Parution 31 mars 2014

BIENTÔT DISPONIBLES A L’ODEUR DU BOOK!

Cet article a été publié dans Nouvelles parutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s