Exposition et lecture musicale: Buenos Aires et les Îles Eoliennes

Chers amis,

nous avons le plaisir de vous inviter à une soirée de voyage autour des Îles Eoliennes (Sicile) et de Buenos Aires, en compagnie de Carole Deltenre et de Sébastien Hoffmann

Vendredi 27 février 2015 à 19h30

à la librairie l’Odeur du Book – 60 rue Hermel, Paris (18e)

str explosion aq1Au programme:

Présentation du recueil de dessins et poèmes sur la Sicile : Entre les îles – Visions Eoliennes, avec lecture musicale (saxophone baryton), exposition de quelques dessins originaux et dégustation de mets volcaniques choisis.

Présentation du carnet de voyage Au quotidien sur Buenos Aires et des dessins originaux, lecture musicale et bilingue français-espagnol.

Les livres :

43013 003Entre les îles – Visions éoliennes de Carole Deltenre & Sébastien Hoffmann

28 pages / impression numérique couleur
auto-édité à 100 exemplaires.

« Les îles éoliennes, volcaniques par nature – décrites à différentes époques et toujours avec les traits de l’étonnement, de la fascination par les écrivains voyageurs (Alexandre Dumas, entre autres) – sont des régions isolées qui depuis des siècles redessinent leurs contours et changent leurs visages.

De cette nature luxuriante, de cette terre noire et sonore, qui tient ses habitants à bonne distance, nous avons voulu tirer nos mots et nos dessins, des évocations simples – et troublées – toujours en regard des forces élémentaires. Un vent omniprésent d’une puissance rare et inquiétante, une mer observée, désirée, redoutée, capricieuse, une terre écorchée au feu imprévisible. Des forces qui impressionnent durablement et imposent une redécouverte constante de ce que nous pensons connaître. »

43013Au quotidien de Carole Deltenre

56 pages / impression offset couleur
auto-édité à 300 exemplaires​.

« Buenos Aires. Cette capitale qu’on imagine proche de l’Europe se laisse découvrir doucement à travers des contradictions déroutantes. Les impressions de déjà vu se délitent rapidement dans un environnement complexe tant au niveau social, historique que politique.

Je reste trois mois à dessiner le quotidien des argentins, amis et passants pour questionner les manières de voyager et de m’intégrer dans un paysage culturel inconnu. Les morceaux de vie racontés ici contrastent volontairement avec les dessins qui ne montrent qu’une partie visible de la réalité. »

Cet article a été publié dans Anthropologie, Beaux-arts, Evénement, Rencontres, Ville Urbanisme, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s