Parution du nouveau livre de Luc Bénazet: Articuler

Lecture et rencontre avec Luc Bénazet
à l’occasion de la parution de son nouveau livre
Articuler
(éditions Nous)

en présence de
Jean Daive

Jeudi 29 janvier 2015 à 20h00, à la librairie Le Comptoir des Mots, 239 rue des Pyrénées 75020 Paris

articulerarticuler-4eme

 

 

 

 

 

 

 

 

Articuler entrelace trois motifs, dont la progression est commune.
Improviser une parole. Des lettres sont jetées hors les mots. Un poème naît d’une lecture à voix haute.
Inventer les pouvoirs d’une phrase. Car les objets d’une phrase nourrissent le corps. Une logique sans maître.
Dire les états de langue auxquels nous appartenons. Et, appeler les relations de nos vies, les une aux autres, libres.

Publié dans Nouvelles parutions | Laisser un commentaire

Inauguration de la vitrine de la revue « L’usage », de Victoria Xardel

Chers amis,

Luc Bénazet a invité la revue L’usage de Victoria Xardel à réaliser sa vitrine à la librairie L’Odeur du Book.

La vitrine montre des revues, et autres imprimés de circonstance (des tracts, des affiches), d’hier et d’aujourd’hui. Victoria Xardel appelle cette vitrine SOMMAIRE.
On y voit, dans le champs de la poésie comme de la critique sociale, bien des titres rares et singuliers.

L’inauguration a eu lieu Jeudi 15 janvier 2015 à 19h30.

L'usage8

L’USAGE

« Les grands usages comprenaient l’affouage, le marronnage, le pâturage ou pacage, la glandée et la passion. Les petits usages consistaient dans le droit d’enlever les branches sèches, le bois mort et le mort-bois. »
« Usage », in Littré, tome 7, Pauvert, 1956.

16 pages composées au plomb et imprimées tous les deux mois par Victoria Xardel.

Victoria Xardel a fondé les revues L’ennui, Pension Victoria, ​La Dépêche de San Zaninovo, Fatigue (revue de travail), L’Echo de Peyralade, Sans aucune retenue (bulletin de la forêt de Sivens). Elle est l’auteur de Méthode (Eric Pesty Editeur, 2012).

IDF

Publié dans 10 vitrines, Rencontres, Revues | Laisser un commentaire

Actualités du 18 décembre 2014

La librairie sera fermée du 1er au 9 janvier 2015 inclus. Bonne fin d’année!

Aimable clientèle, chers amis,

Ceux qui n’ont pas la possibilité d’admirer sur place la vitrine du collectif de recherche exemple inaugurée mardi dernier, peuvent en avoir un aperçu en ligne et télécharger la bibliographie. L’enregistrement des interventions est également disponible.

42578N’oubliez pas qu’un livre choisi dans le catalogue de l’Odeur du Book ne manquera pas d’épater et de surprendre vos amis et votre famille. Pourquoi ne pas en profiter pour offrir Le confident des dames : Le bidet du XVIIe au XXe siècle, histoire d’une intimité, ou La messe noire, ou bien Les marabouts africains à Paris, ou encore Les travaux publics et les mines dans les traditions et les superstitions de tous les pays? Nous proposons également une sélection de livres neufs ainsi que beaucoup de nouveautés, que vous pouvez découvrir à la librairie ou bien en faisant défiler le diaporama ci-dessous. Continuer la lecture

Publié dans 10 vitrines, Livres neufs, Nouveautés, Résidence Luc Bénazet | Laisser un commentaire

Vitrine d’exemple

Chers amis,

Nos rendez-vous mensuels avec des auteurs invités à réaliser une vitrine de l’Odeur du Book se poursuivent avec le collectif de recherche exemple, qui présentera son choix d’ouvrages mardi 16 décembre 2014 à partir de 19h30. L’inauguration de la quatrième vitrine de la résidence de Luc Bénazet sera suivie d’un pot convivial.

42649 001

exemple est une revue. Une revue politique. C’est une revue pluriforme.
Ou à angles variables. C’est à la fois et tour à tour : une revue-tract, feuille papier ou incendie électronique
d’intervention ou de déclaration, de parution fréquente et de diffusion large.
Une revue-vivante, forum réel générateur d’énonciation collective, de rencontres concrètes.
Une revue-livre où un propos, une position, pourra se déployer sans restriction de pages.
Enfin une revue-tout court où, deux fois par an, montage sera fait de quelques exemples choisis, associés.
Chacune de ces interventions-exemple, quelle que soit sa forme, à égalité, sera numérotée.
De la suite des exemple une politique, une pensée de la politique, sera approchée.

IDF

Publié dans 10 vitrines, Evénement, Poésie, Politique | Un commentaire

Vendanges tardives

Formidable clientèle, chers amis,

il y a un an, à quelques jours près, que nous vous avons conviés, avec la plus grande joie, à fêter avec nous la récolte fructueuse de plusieurs mois de lutte. Nous serons encore plus heureux de partager avec vous un moment festif dans notre nouvelle librairie

vendredi 12 décembre à partir de 18h

Nous vous attendons nombreux!

P1020561

Adresse:  60 rue Hermel – 75018 Paris

Métro: Jules Joffrin (ligne 12), Simplon (ligne 4) | Bus: 31, 60, 80, 85 et Montmartrobus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Pascal Lièvre et le « Salon de coiffure féministe »

Bonjour,
METAXU : adverbe signifiant « entre deux » au sens local ou temporel. La Metaxi est liée aux questions des intervalles / des intermédiaires que le monde tisse par leur médiation et leurs transformations selon Platon.

METAXU est une soirée par mois, un artiste plasticien qui a carte blanche pour transfigurer et se ré-approprier un commerce présent dans la rue Joseph Dijon. Ensuite, à la manière de Tom Marioni, qui expliquait que l’acte de boire une bière est la forme d’art la plus importante, il est donc proposé au public, artistes en devenir, de déguster une bière au bar le Petit Joseph Dijon pour écouter un dj ou un collectif de dj pour finir la soirée vernissage et partager avec l’artiste invité.
METAXU… est un projet d’exposition et de soirées qui s’étalent sur une année et est dirigé par Nicolas Gimbert, membre fondateur de l’association Freevol, ainsi que par l’équipe de l’association du Carré Versigny en partenariat avec la mairie du 18e arrondissement de Paris.
=========================================================================================================
Nous vous donnons donc RDV le samedi 22 novembre au salon de coiffure « L’étoile coiffure » sis 9 rue Joseph Dijon 75018, métro Simplon
=========================================================================================================

Continuer la lecture

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les aimants d’une ligne. Ligne 13 présente sa vitrine à l’Odeur du Book

La revue Ligne 13, dirigée par Sébastien Smirou et Francis Cohen, est invitée à réaliser la vitrine de la librairie. Pour ce troisième rendez-vous de la résidence de Luc Bénazet à l’Odeur du Book, nous avons prévu une rencontre avec les auteurs mardi 18 novembre à partir de 19h00. L’inauguration de la vitrine se terminera par un pot convivial. Nous vous attendons nombreux!

Les aimants d’une ligne

Le récit de « Ligne 13 »

Un soir, perdus dans une ville normande, nous décidons de créer une revue.
Pourquoi ? Comment ?
Nous pensons que « la poésie » doit cesser d’être seule. Elle rencontrera, dans notre revue, d’autres formes de pensées, d’autres formes d’écriture, nous voulons que la poésie soit aimantée.
Revenus à Paris, la ligne 13 du métro est notre seul moyen de locomotion, un jour nous serons filmés à la station « Place Clichy » et Sébastien devra monter au moins cinq fois l’escalier, nous devons nous croiser par hasard, pour satisfaire le récit.
L’aimant, croyons-nous devait nous orienter, nous nous sommes souvent perdus dans les couloirs. Après quatre années de voyage, la revue revient avec des textes, des images qui témoignent de notre goût, de nos prises de parti.
Quel est l’enjeu ? Nos refus ? Nos arbitraires ?
Nos choix rappellent que « la poésie » est aimantée par l’histoire et par son histoire, Ligne 13 en fait le récit.
Dans les sept numéros parus, ce récit oriente la revue selon des lignes divergentes et convergentes. Ce qui nous frappe aujourd’hui, c’est la constellation d’une insistance qui nous aimantait : un poème de Jean-Pierre Faye, un poème de Jean Daive, un poème de Sébastien, le texte de Francis sur Le savon de Ponge et l’entretien avec l’artiste Irving Petlin. Il y avait un aimant que nous ne soupçonnions pas, mais que la langue n’ignore pas. La langue n’est pas sans mémoire, peut-être voulions que « la poésie » le sache. Ce n’est donc pas un hasard si la psychanalyse est l’autre aimant de la revue, elle opère sur un savoir de la langue qui échappe parfois aux mots.

Sur le net: Ligne 13

Publié dans 10 vitrines, Luc Bénazet en résidence, Poésie | Laisser un commentaire