florilège de commentaires

« Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve ». Hölderlin

« Paris doit demeurer un pôle d’excellence de la créativité et de la pensée. Toute atteinte est délictuelle d’un point de vue de l’intelligence, de la beauté et de l’harmonie. Une librairie est un lieu de rencontre avec les auteurs et les lecteurs. »

« Rénovation n’est pas synonyme de dévastation, nous devons garder les repères culturels et humains, cela est absolument possible ! Le charme d’une vieille librairie remplie de fabuleux documents en tous genres dans un quartier neuf ! En dehors de toute spéculation et avec le souci du bien être commun, easy messieurs à notre époque ! easy ! »

« Tuer une librairie, c’est remplacer la culture par la violence »

« C’est franchement regrettable de ne pas soutenir des initiatives comme celle de l’Odeur du Book, dont l’offre est très atypique et qui change des agences immobilières ou des salons de coiffure! »

« Il faut se battre pour l’existence et la survie de tous ces lieux où souffle l’esprit »

« Ce bouquiniste est l’un des meilleurs et des plus accueillants que je connaisse. Cette procédure d’éviction est une honte pour une municipalité censée soutenir l’emploi et la culture. »

« Et un lieu de culture de plus qui se fait virer du 18ème!!! l’hémorragie continue, mais quelle est en fait la stratégie de la Mairie de Paris dans toutes ces évictions? »

« La librairie l’Odeur du Book est l’un des endroits qui fait en sorte que la rue Ramey soit encore un endroit agréable. Lieu de découverte, culture et convivialité : au nom de quoi les élus voudraient-ils nous en priver ? »

« L’âme du XVIIIe meurt petit à petit…il y a désormais pléthore de banques, agences immobilières et boutiques de fringues. S’il-vous plaît sauvez cette librairie, lieu de savoir et bouffée d’air frais dans le quartier! »

« Le maintien d’un tissu économique local est vital pour la qualité de la vie dans Paris »

« Cette librairie a contribué à faire vivre ce quartier Ramey-Clignancourt culturellement et humainement depuis 10 ans! La supprimer serait une action contre-productive et paradoxale eu égard aux considérations culturelles et sociales de la Gauche! Et surtout mettrait dans une situation précaire deux personnes qui travaillent ardemment et de manière éthique ! »

« Je ne comprends pas une telle décision qui est en totale contradiction avec le discours politique du maire de la Ville de Paris et de celui du 18e, M Vaillant. J’espère qu’une solution sera trouvée pour cette librairie si conviviale et riches en découvertes. »

« Une oasis dans le 18e, trop de librairies disparaissent pour ne pas tout faire pour sauver l’Odeur du Book ! (surtout dans notre arrondissement, plus connu pour ses taxiphones que ses librairies) »

« Le rouleau compresseur décervelé évince encore aveuglement et tue sans pitié ! »

« Arrêtez de fermer des librairies pour ouvrir des Starbucks Place du Tertre. Vous dites rendre Paris aux Parisiens, FAITES-LE ! »

« Un homme qui meure c’est une bibliothèque qui brûle alors que dire d’une librairie qui ferme. »

« La librairie se porte assez mal sans que la ville n’ait besoin de nous couler, merci de reconsidérer vos travaux et relogements ou au moins, faire en sorte d’arrêter de sauter à pieds joints sur l’économie de toute la chaîne du livre en fermant ses points de vente »

« Je trouve scandaleux qu’une librairie qui fait son travail admirablement soit soumise à des lois de marché que l’on pourrait s’attendre du privé, insouciant de ce que la Culture signifie. Je ferai connaître ce cas à mes collègues universitaires. »

« Tuer le commerce par temps de crise, voila une idée quelle est bonne. »

« Il est inadmissible qu’un organisme dépendant d’une municipalité qui se dit de gauche puisse librement contribuer à la disparition d’un lieu de culture et d’échange indépendant et qui fonctionne. »

« Paradossale e grave che il Comune di Parigi ostacoli un’oasi di cultura. »

« TROUVER UN LIEU PROCHE ET POUR QUELQUES MOIS, REVENIR DANS CETTE RUE AVEC TOUTE SON ÂME ET SES BOUTIQUES AU PLUS VITE, TRAVAUX EFFECTUÉS… »

« La Mairie de Paris se doit de défendre le commerce local et non de le détruire, d’autant plus lorsque celui-ci est un commerce dédié a l’intellect! »

« L’intelligence coûte cher ? Essayez l’ignorance ! »

« J’ai habité de nombreuses années dans une rue voisine de la Rue Ramey. La librairie l’Odeur du Book fait partie du quartier. Je passais devant tous les jours et j’aimais jeter un coup d’œil à ses livres. Plus qu’un commerce, il s’agit d’un lieu de culture et de savoir comme on en voit de moins en moins, faites que cet espace culturel ne disparaisse pas ! »

« L’Odeur du Book est une librairie indispensable pour la recherche en sciences humaines ; je dis bien : indispensable, et qui plus est, à l’échelle nationale. C’est en fait une sorte de service public. Cela ne peut donc disparaître.De plus on y est très bien accueilli et le service d’information en ligne est très utile. »

« Cette librairie est irremplaçable et fait partie de la vie culturelle de Montmartre.. Polyglotte, familiale, elle est un endroit de rencontre, de calme, une île cultivée dans un monde parfois rustre… »

« Les book doivent continuer à avoir une odeur, un quartier, un libraire! »

« L’Odeur du Book est un commerce de qualité ancré dans une vraie démarche de développement durable puisque mettant en avant la vente d’ouvrages d’occasion. Merci de ne pas nous priver de cette pépite sociale et culturelle qui contribue à la vie de notre beau quartier. »

« Évitons de faciliter le travail à Amazon, aidons le peu de vraies librairies qui existent encore à lutter ! »

« I love this amazing bookstore, and have delighted in visiting it in each visit to Paris. It is so special. Please save this treasure! »

« La mort d’une librairie, c’est la mort d’un libraire et celle des auteurs et des idées qu’il met en exergue dans sa boutique. C’est un lieu de culture en moins au bénéfice d’une tête de gondole d’hypermarché, entre le rayon des produits d’entretien et le coin des affaires de la semaine. »

« Librairie extrêmement précieuse dont la disparition pèserait lourdement sur ma capacité à penser ! »

« Please reconsider closing this bookstore. The loss to the community should be considered. »

« Je pense que les valeurs humanistes et intellectuelles d’une mairie socialiste devraient primer sur toute spéculation. Je crains beaucoup que le mot socialiste ait perdu beaucoup de son sens!!! « 

« Un peu de logique s’il vous plaît messieurs les notables! »

« Excellente libraire unique en son genre, Odeur du Book est déjà partie prenante d’une politique de requalification, car requalifier un quartier signifie le rendre vivant par la culture, et non par des magasins Vuitton »

 « Cette librairie est le fruit d’une passion pour les livres, de la liberté d’esprit et des efforts immenses déployés pour la créer. Quel Paris voulez-vous si des espaces comme cette librairie n’existent plus? »

« Combien va rapporter cette opération immobilière ? Et à qui ? »

« Il n’est pas imaginable que Paris et ce quartier se passent de l’Odeur du Book, une petite merveille de librairie tenue par une petite famille de bibliophiles éclairés…. »

« J’ai vécu dans le XVIIIe il y a trente cinq ans . Une Librairie comme l’Odeur du Book honore ce grand arrondissement et doit vivre encore longtemps. »

« Les librairies d’occasion ouvertes le dimanche, surtout quand elles disposent d’un fonds de livres de qualité intelligemment choisis, rendent de grands services aux amateurs qui n’ont pas beaucoup de possibilités de recherche dans la semaine »

« Les élus ne sont pas sans moyens dans cette affaire, ils peuvent trouver une solution pour fournir de nouveaux locaux et préserver une activité qui leur semble importante pour le quartier, dans ma ville en tout cas c’est ce qu’ils font… »

« Je signe la pétition pour la survie de l’Odeur du Book. La proposition de la mairie est inacceptable, déraisonnable, injuste. »

Signer la pétition

Les faits

La mobilisation

La presse en parle

Un produit révolutionnaire

Un commentaire pour florilège de commentaires

  1. Brown dit :

    Evidemment, 500.000 caractères en moyenne par livres multipliés par 10.000 livres égalent 500.000.000 de petits signes. Des petites lucioles. Des petits trucs insaisissables. A la FOLON. Face à la spéculation immobilière qui convertie et ravale la pensée en euros …
    Enfin, y’aura un magasin de fringues dans l’indispensable centre commercial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s